AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Role Playing Game :: Mystic Falls :: L'Ecole Salvatore Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveaux départs [Caroline Forbes]

Hybride Originel
avatar
★ Date d'inscription : 31/08/2017
★ Messages : 186
★ Age : 26
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Dim 3 Sep - 11:59
Nouveaux départs


Cinq ans. Ça m'a paru si long. Compte tenu de la détention, de la torture et de la solitude, j'ai su trouver quelques moments de réconforts, pour tenir. C'est grâce à eux que je suis de retour, moi Klaus Mikaelson.


Je suis allongé sur le dos, la respiration haletante. Je m'éveille d'un rêve particulièrement saisissant ; je viens de revivre pour la première fois l'enfer que j'ai vécu. Je me lève et sort de ma chambre pour me rendre dans celle de Hope, la prunelle de mes yeux. J'entre à l'intérieur de la chambre de ma plus grande réussite et contemple de mes yeux, durant plusieurs heures, la plus belle des petites filles que j’eus rencontré au cours de ma longue existence.

A l'aube, ma petite fille, ouvre ses yeux et me regarde. Je lui souris alors, lui prenant ses cheveux entre mes doigts. Pendant un long moment, nous restons à se dévisager sans un mot, jusqu'à ce que Hayley arrive et nous interrompe. Nous voyant ainsi, elle s'arrête sur le seuil de la porte et commence à faire demi tour. Je me lève alors et lui dit de rester. Je souris une dernière fois à mon ange, et descend dans la cuisine me prendre un Bourbon provenant de Chez Rousseau.

Alors que je m'installe sur le sofa, attendant que Hope soit prête, je sors mon téléphone. Je cherche dans mon répertoire le numéro de Marcel, et lorsque je parvins à le trouver, je tente de l'appeler. Cependant, je tombe directement sur sa messagerie vocale. Je n'insiste pas. Au même instant, tandis que je bois une gorgé de mon bourbon bien frais, Hope descend les escaliers en compagnie de sa mère. Je range alors mon téléphone, puis finis mon verre avant de me lever pour les accueillir toutes les deux. Hope a l'air si joyeuse, pensais-je tandis que je lui souris une fois de plus. J'échange un regard de réussite avec Hayley avant de passer le seuil de la porte d'entrée de la maison avec Hope.

Sur la route pour se rendre à l'école, aucun de nous ne parle. Enfin, quand nous arrivons devant l'ancienne pension des frères Salvatore, je trouve un emplacement pour garer la voiture. Une fois arrêtée, je sors de la voiture, suivi de Hayley, puis Hope. J'ouvre le coffre afin de récupérer le sac à dos de Hope, puis le referme. Ensemble, nous prenons la direction de l'entrée du Manoir, où tout a été réemménagé. Je prends alors la parole pour la première fois.

- Et bien, ça a bien changé ! fis-je comprendre en observant la façade et le parc.

Lorsque nous arrivons à la porte d'entrée, celle-ci s'ouvre automatiquement.

- Je m'absente cinq années, et le monde part en vrille, ironisa-je à Hayley en regardant chaque recoin de l'intérieur de l'ancien Manoir des Salvatore. Qu'est-ce qui a bien pu se passer, ici ?

De nombreux souvenirs me reviennent alors. Cependant, ils sont interrompus par la standardiste qui nous appelle et nous fait signe de la rejoindre. Nous nous y précipitons et commençons à s'occuper de la signature officielle des documents d'inscription de Hope. Après avoir signé ma partie, la Réceptionniste me suggère de conduire Hope auprès des autres enfants en passant par le couloir menant à la cour principale. J’acquiesce d'un bref geste de la tête. J'exécute donc la recommandation de la jeune femme et me rend avec Hope dans la cour. Lorsque nous accédons à l'entrée, Hope me lâche la main et me demande d'aller voir les autres enfants. J'hésite un instant avant de la livrer à un monde inconnu. Mais au même moment, derrière moi, une femme avec une voix tendre et amicale m'assure de la laisser partir sans crainte. Hope se détache alors de moi, et c'est avec crainte que je me redresse et me retourne, faisant face à une Caroline Forbes divinement belle, comme à son habitude.

- Bonjour, Caroline ! dis-je simplement avec un sourire.
Codage par Libella sur Graphiorum

Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
★ Date d'inscription : 22/05/2017
★ Messages : 168
Mer 6 Sep - 8:48
Nouveaux départs
Klaus & Caroline



J'avais passé ma nuit, allongé sur mon lit sans réussir à trouver le sommeil. Tout le monde me connaissait pour mes talents d'organisatrice et je ne doutais jamais de moi, habituellement, mais aujourd'hui tout était différent. J'étais terrifiée à l'idée d'avoir oublié quoique ce soit, terrifiée à l'idée que l'ouverture de l'école se passe mal. Heureusement, j'avais pu compter sur Damon et Elena pour me donner le moral toute la soirée.

En plus de mon stress de directrice de l'école, je devais aussi supporter mon stress de maman, en effet, Josie et Lizzie rentrait également à l'école aujourd'hui. Heureusement, je pourrais voir mes filles toutes les journées puisqu'elles suivront leur scolarité à l'école Salvatore, école dont Stefan a voulu l'ouverture pour elles d'ailleurs. Stefan... pensait à lui était difficile, mais moins douloureux qu'il y a quelques semaines. Il me manquerait toujours, mais je consolais ma peine dans le travail.

Alors que le soleil commençait à pointer le bout de son nez, je décidais qu'il était enfin temps pour moi de me lever. Comment une directrice d'école devait s'habiller ? Je n'en savais rien. Je me dis qu'une bonne douche m'aiderait à me décider. J'avais le temps de me préparer aujourd'hui, car les filles avaient passé la nuit chez Rick. Nous avions prévu de nous retrouver à l'école un peu plus tard dans la matinée. C'est donc après m'être prélasser sous l'eau chaude que j'optais pour une robe noire cintré qui faisait très femme d'affaire.

Telle une parfaite écolière, mon attaché case était prêt depuis hier soir afin de rien y oublier. Je ne savais encore combien de personnes viendraient pour s'inscrire aujourd'hui dans notre école si spéciale, en tout cas, j'espérais grandement qu'elle aiderait beaucoup de monde à se sentir plus à l'aise avec leur nature surnaturelle, ainsi il pourrait mieux contrôler leurs capacités.

Une fois le tour de la maison fait afin de m'assurer que je n'avais rien oublié, je pris ma voiture et me dirigea vers l'ancienne maison des frères Salvatore. En m'approchant des lieux, j'avais une petite boule au ventre comme lors de mes premiers jours à l'école. "Allez Caroline, tu dois assurer aujourd'hui !" me dis-je intérieurement. L'école était encore déserte lorsque j'arrivais, je me mis à vérifier que toutes les pièces étaient fin prête à accueillir nos futurs étudiants. J'eus tout juste le temps de faire le tour que déjà la secrétaire en charge de l'accueil, d'inscrire et de diriger les élèves arriva et pris place à son poste.

Je pris une grande bouffée d'air. Il ne reste que quelques minutes avant l'ouverture. J'envoyais un texto à Alaric afin de savoir si tout se passait bien avec les jumelles ce matin et également afin de lui rappeler que les inscriptions étaient à partir de 9h. Certes mes filles auraient dans tous les cas leurs places, mais nous nous devions de procéder à leur inscription comme pour chaque élève.

Il était l'heure, nous étions. Je réajustais ma coiffure ainsi que ma robe et je me dirigeais vers la porte afin de l'ouvrir et d'accueillir les premiers arrivants. Il y avait déjà quelques voitures sur le parking ce qui me donnait immédiatement le sourire. Alors que la secrétaire se chargeait des papiers, je restais de mon côté dans la cour principale ou nous avions décidé de réunir tous les élèves avant leur répartition dans leur classe. C'était un réel défi, car dans cette cour, toutes créatures surnaturelles étaient mêlées aux autres. C'était d'ailleurs le fondement et le principe même de cette école, apprendre à coexister avec les autres. Alors que je surveillais le bon déroulement des choses, je pouvais voir que certains élèves prenaient l'initiative de parler avec d'autres.

Enfin le moment que j'attendais tant arriva, je sentis des petits bras entourés mes jambes et me serraient fort. Lizzie et Josie étaient enfin là, je leur fis un énorme câlin et un bisou avant de leur dire qu'elle pouvait aller jouer dans la cour. Elles connaissaient parfaitement les lieux et y étaient totalement à l'aise. Rick me félicita d'un sourire avant de rejoindre la salle destinée aux parents dans laquelle divers mets les attendaient.

Je ne pouvais m'empêcher de jeter des regards vers mes deux filles qui jouaient avec leurs poupées sur le banc de la cour. Tout à coup, mon regard se posa sur un homme qui ne mettait pas inconnu, loin de là, ainsi que sur la petite fille qui l'accompagnait. Ainsi, Hope Mikaelson allait étudier dans mon école. J'en étais plus que touchée. Je savais à quel point Klaus avait du mal à faire confiance aux autres et c'est donc sans hésitation et en voyant son désarroi face à la demande de sa fille que je le rejoignis.

" - Tu peux la laisser aller avec les autres, je reste ici pour les surveiller dans tout les cas. "

Cette voix, je ne l'avais pas entendu depuis un moment et ce timbre familier me donnait envie de pleurer. Ca faisait tellement du bien. Je me continis cependant, ce n'était pas le moment de craquer.

" - Bonjour Klaus ! Ta fille est magnifique. Elle tient son charme de son papa je suppose. "


Voir le profil de l'utilisateur
Hybride Originel
avatar
★ Date d'inscription : 31/08/2017
★ Messages : 186
★ Age : 26
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Mer 6 Sep - 12:06
Nouveaux départs


Cinq ans. Ça m'a paru si long. Compte tenu de la détention, de la torture et de la solitude, j'ai su trouver quelques moments de réconforts, pour tenir. C'est grâce à eux que je suis de retour, moi Klaus Mikaelson.

L'assurance de Caroline m'encourage à me détacher de Hope. Et son compliment sur la beauté de Hope me comble de joie. Je jette un dernier regard sur Hope avant de le plonger sur Caroline.

- Je suis content de te revoir, Caroline, dis-je alors en m'approchant d'elle. Je constate que tu t'es une fois de plus surpasser en créant cette école, ici même, où Stefan et Damon résidaient et léguer pour l'avenir de nos enfants. Elizabeth Forbes aurait été fière de toi.

Je lui souris et l'invite à se joindre à moi pour une promenade.

- Permets-moi de te seconder dans la surveillance. Il est clair, que tu ne devrais pas pas rester seule face au petits êtres surnaturels qui pourraient te prendre en otage dès ton tout premier jour en tant que Directrice.

Je m'arrête quelques instants, observant la belle Caroline avant d'ajouter :

- Ces dernières années, depuis mon départ de Mystic Falls, il s'est passé tellement de choses, que te retrouver apporte un peu de joie et d'humanité à ma vie. Sans oublier que sans ma fille (Hope est en train de discuter avec Lizzie et Josie Forbes), ma vie se résumerait à mon ancienne vie. Grâce à sa présence, je suis devenu un autre homme. Regarde-là ! Elle est ma raison de vivre.

Alors que nous sommes dehors, un banc se trouve à proximité de nous, et j'invite Caroline à m'accompagner.

- Par le passé, je t'ai créé du tort, à toi et à tous tes amis, poursuivis-je calmement. J'en suis profondément désolé. Dernièrement, un de mes vieux amis m'a fait comprendre la souffrance que je créais autour de moi, et quand tu passes des années prisonnier d'un homme, tu as le temps de réfléchir à tes actes passés.

Marcel s'approche de moi et mentionne les noms de tous ses amis morts par ma faute. Il sort la lame de Papa Tunde et la plante dans mon corps. Je cris à l'agonie, me faisant porter par tous mes ennemis venus assister à mon jugement final. Marcel m'emprisonne à l'intérieur d'un mur dont il rebouche avec des dalles...

Une douleur survient alors. Je me lève et passe ma main à l'endroit exact où la lame fut enfoncée durant ces cinq dernières années. La souffrance disparaît et je me rassois.

- Désolé, dis-je en me concentrant sur Caroline qui arrive à me faire oublier le passé. Donc, où en étais-je ? Ah, oui. J'en étais à te présenter sincèrement mes excuses pour tout ce que je vous ai fait endurer. Ma famille et moi avons décider de retourner vivre à Mystic Falls, dans notre ancienne demeure, par rapport à Hope. Je te fais entièrement confiance pour ce qui adviendra de la sécurité de Hope. Mais il faut que tu saches quelque chose à propos de ton élève : c'est une Trybide, moitié vampire, moitié loup-garou et moitié sorcière. Reprenons la marche, veux-tu ? Mais à ce propos, j'ai appris pour tes filles. Stefan m'a tout raconté, dans les moindre détails. Et je peux constater qu'elles ont ton charme, également. Tu es une bonne mère, Care. J'imagine que Stefan doit être un beau-père exceptionnel, pas comme le fût Mikael avec moi. A ce propos, je souhaiterais bien revoir mon vieil ami, maintenant que je suis de retour. Où est ce cher Stefan ?

Soudainement, le rayonnement de son visage change. Des larmes se mettent à couler sur les joues de la belle blonde. Je ne comprends pas ce qu'il se passe. Je me retourne, jette un regard sur le Manoir et la pancarte de l'école avant de me concentrer de nouveau sur la charmante blonde.

- Caroline, où est Stefan ? répétais-je avec un ton sérieux et triste.
Codage par Libella sur Graphiorum

Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
★ Date d'inscription : 22/05/2017
★ Messages : 168
Jeu 7 Sep - 16:21
Nouveaux départs
Klaus & Caroline



Je voyais dans son regard que c'était une grosse épreuve pour lui de laisser aller sa fille. Je le comprenais tellement. J'avais parfois beaucoup de mal à me détacher de Lizzie et Josie. Mes enfants étant la plus précieuse des choses qu'il me restait à ce jour. Je regardais la petite Mikaelson s'éloigner tranquillement avant de reposer mon regard sur l'hybride originel. Ces paroles me touchaient et je dirais même me réconforter. Il me connaissait si bien qu'il savait que c'était tout ce que je désirais que ma mère soit fière de la femme que je devenais.

" - Ne m'avais-tu pas dis que je ne te reverrais plus jamais ? Je suis cependant ravie que tu es rompu cette promesse. Je dois d'ailleurs te remercier, si cette école a pu ouvrir aujourd'hui, c'est aussi grâce à ton généreux don. "

Lui souriant en retour, je me mis à marcher avec Klaus dans le parc de l'école. De loin, cette promenade pouvait laisser penser tout simplement à un parent d'élève s'entretenant avec la directrice, mais de proche, il en était tout autre.

" - Tu n'es pas obligé, je ne doutes pas que Klaus Mikaelson est mieux à faire, n'as tu encore trouver personne à tyranniser ou tuer ? "

Il en était ainsi entre lui et moi, j'avais toujours cette façon de le provoquer même si je ne pensais pas un mot de mes dires. C'était surtout la façon que j'avais toujours eu de cacher ma sympathie et ma proximité avec la personne la plus détestée du monde surnaturelle. Quoi que en y pensant, Kol et Rebekah n'était pas mal non plus, je devais avouer.
Alors que son regard se posait sur moi, ces paroles me firent chaud au coeur. J'étais ravie de ce que j'entendais et c'est tout se que j'avais toujours espéré pour lui.

" - Je suis heureuse que tu es pu trouver une part de paix ou du moins une cause qui apaise ta colère et tes craintes. L'amour d'un enfant pour ces parents est si fort et précieux. C'est tout ce que je te souhaitais en tout cas et puis quelle magnifique petite fille. Je suppose quand même que ton instinct de tueur reviendra vite au galot quand elle aura son premier rendez-vous galant."

Je ris. Il y avait d'ailleurs longtemps que je n'avais pas rigoler. Klaus avait toujours eu ce don de m'apaiser, don que Stefan avait lui aussi. Je ravalais la boule dans ma gorge qui commençait à se former et accepta la proposition de Klaus de s’asseoir. Encore une fois son discours me laissait sans voix, ainsi donc tel était le nouveau Klaus Mikaelson, un Klaus qui savait reconnaître ses torts et surtout qui présentait des excuses. Il était certains que si il avait été ainsi lorsque nous flirtions ensemble, j'aurais sans aucune hésitation accepter de le suivre à la Nouvelle-Orléans, mais je n'avais aucun regret car si tel avait été le cas, je ne serais pas maman et je n'aurais pu vivre mon histoire avec Stefan.

" - Et bien, je ne m'entendais pas du tout à ça en te voyant dans la cour de mon école. C'est fou comme la paternité peux changer l'homme le plus dangereux de la planète en une honnête personne. Cependant Klaus ne te blâme pas trop tu as peut-être fait du tort autour de toi, mais ta famille autant que ton passé ne t'aider pas à voir les choses telles qu'elles étaient. "

Ma curiosité fut mise à rude épreuve lorsqu'il me dit qu'il avait été fait prisonnier. Je décidais cependant de ne pas enclencher la conversation gardant ce sujet pour une autre occasion. Il était certains que après tant d'année nous avions à apprendre de tout deux. Brusquement il se leva, portant sa main à son torse.

" - Es-tu sûr que tu vas bien ? "

Je n'avais jamais vu une telle souffrance dans son regard. Il se rassit tout de même à mes côtés et reprit.
Ainsi la famille au complet arrivait en ville. Je devrais en informer tout le monde afin que aucun d'entre eux ne tombe sur un Mikaelson au supermarché, ça ferait surement mauvais genre. J'étais ravie, honorée et très touchée de cette confiance qu'il avait en moi pour sa fille. Il était évident que personnes ne feraient de mal à mes élèves et encore moi à Hope qui se trouvait être dans la même section que mes filles. Lorsqu'il me parla de sa nature, j'écarquilla les yeux. J'allais devoir constitué un programme adapter à Hope afin qu'elle puisse recevoir tout ce don elle avait besoin. Nous reprîmes à marcher lorsqu'il évoqua mes filles puis Stefan. Stefan... j'évitais le sujet autant que je pouvais avec tout le monde à l'exception de Damon. Nous nous confions parfois l'un et l'autre sur notre peine et notre douleur, mais rarement c'est dernier temps. Lorsqu'il me demanda où se trouvait Stefan, ce fût un coup de massue. Les larmes que j'avais ravalé plutôt dans la journée, se mirent à couler sur mes joues sans même que je puisse contrôler quoique ce soit. A cet instant, je me rendis compte que le mari, que j'avais perdu, avait longtemps été le seul ami de l'homme qui se trouvait en face de moi.

" - Il est mort, mort pour nous tous, pour sauver cette ville, pour sauver son frère. Mort à cause de cette connasse de Katherine !"

Ma voix était tintée de tristesse, mais également de haine et de colère. J'avais si longtemps refoulée ces sentiments. Heureusement quand cette instant nous étions seule et dans un lieu un peu reculer du parc. Quel piètre directrice faisais-je.

" - Cette école est en sa mémoire, il voulait en ouvrir une pour les jumelles, alors à sa mort, avec Damon, nous avons décidé de réaliser son souhait. Et puis Damon n'avait plus cœur à vivre ici."


Voir le profil de l'utilisateur
Hybride Originel
avatar
★ Date d'inscription : 31/08/2017
★ Messages : 186
★ Age : 26
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Dim 10 Sep - 18:13
Nouveaux départs


Cinq ans. Ça m'a paru si long. Compte tenu de la détention, de la torture et de la solitude, j'ai su trouver quelques moments de réconforts, pour tenir. C'est grâce à eux que je suis de retour, moi Klaus Mikaelson.


Mes retrouvailles avec Caroline se déroulent comme je le désirais, c'était une évidence.  Je suis face à la seule femme pour qui je n'ai jamais cessé de courtiser, et pourtant, quelque chose est différent chez elle. Avec ses nombreuses tentatives à me repousser, elle se tient face à moi, plus à l'aise qu'auparavant. Je suis, malgré la souffrance que j'ai par rapport aux dernières années, très heureux pour la première fois depuis mon retour. Il vient de se passer une bonne demi heure entre le moment où mes yeux se sont de nouveau posés sur la magnificence de Caroline.

Même si je pense que mon retour enchante la jeune femme (probablement à cause de mon don fait pour cette école), j'ai pu ressentir une légère nervosité de sa part quant à me revoir. C'est légitime, après tout. La dernière fois qu'on s'est croisés, nous avons tous deux folâtré dans les bois de Mystic Falls et je lui ai promis de ne plus jamais la revoir. Mais comment résister à cette femme ? C'était une époque à laquelle je ne me souciais guère des êtres, excepté de Caroline.

Durant les trente dernière minutes, nous avons partager ce que nous avions à dire. Après lui avoir expliqué sans le moindre détail mes cinq dernières années de captivité, elle n'a pas pu s'empêcher de me rappeler le fait que je ne devais plus jamais remettre les pieds dans sa ville après nos ébats plutôt prenant, et quel genre d'être j'avais été pendant mon séjour ici.  Toutefois, elle a pu se résoudre à me complimenter sur ma fille et la potentielle paix que j'ai trouver grâce à elle. Mais en cette grosse demi heure bien appréciable, j'appris la perte de mon plus vieil ami... Stefan Salvatore. Cette nouvelle m'apporta peine et chagrin, mais surtout de la colère contre Katerina.

Je me rassois sur le banc, Caroline à mes côtés.  Attristé par la perte de mon vieil ami, je ne réalise pas comment cela a pu se passer. J'évite le regard de Caroline, tandis qu'une larme commence à couler sur ma joue. Insctinctivement, je prends la main de Caroline afin de la soutenir dans sa peine et la serre dans ma paume. Après un temps de silence, je brise celui-ci, tout en dirigeant mon regard vers les enfants, comme si l'inspiration va me venir grâce à eux.

- Caroline, je... commençais-je.

Puis soudainement :

- Cette espèce de... Garce ! Je regrette de ne pas lui avoir arrachée la tête de son corps pour quand j'en avais l'occasion, conclus-je sans réfléchir.

Je détache ma main de celle de Caroline, puis la passe dans mes cheveux avec rage. C'est connu : le grand Klaus Mikaelson ne connaît pas l'élégance dans son langage. Et pour le coup, je n'ai pas su me montrer à la hauteur. Pourtant, il le faut... pour Caroline. Derrière cette parfaite élégance et son sourire divin se cache une femme attristée et en colère. Je déteste la voir dans cet état. Cinq ans plus tôt, j'appris qu'elle avait perdue sa mère et que sa douleur l'avait forcée à éteindre son humanité. Et même si mon ancien moi, souhaiterais plus que tout assister à son côté bad, il en est tout autre aujourd'hui. Je me calme, reprend une respiration saine et apaise ma souffrance pour la soutenir.

- Tout d'abord, saches que je suis profondément désolé pour m'être emporté comme ça, je n'aurai pas dû, pour toi. Et saches aussi, poursuivis-je calmement en me baissant, que ça me brise mon cœur de méchant d'apprendre la mort de Stefan. C'était un homme bon, un vrai ami.

Je me relève du banc et observe l'enceinte de l'école. Après quelques secondes de réflexions, je me tourne vers Caroline et lui tend ma main, l'invitant à me suivre.

- Prends ma main, ma douce, dis-je alors d'un ton assuré. Je ne suis pas l'homme dont tu as le plus apprécié dans ta vie, je le reconnais. J'ai été votre ennemi, une raison de me haïr, mais aujourd'hui, j'espère changer pour vous tous, à la mémoire de ton époux.

Mon regard se concentre sur les enfants qui sont en train de jouer.

- Regarde ce que tu as créée. Ceci est ta création, ta dévotion, ton avenir. Ces enfants, nos enfants te seront reconnaissante pour tout ce que tu leur aura apportés au fil des années. Et de là-haut, je suis persuadé qu'il est là à t'encourager pour tout ce que tu as fait en sa mémoire.

Je fais un pas en avant, toujours avec admiration.

- Tu dis qu'il aurait voulu créer cette école ? C'est chose faite. Il l'a fait à travers toi et tes idées. Mon enfant saura maîtrisée ses dons à la perfection.  

Je reviens vers Caroline, passe mes doigts sur ses joues et lui efface les larmes, puis lui donne un baiser affectueux sur sa joue droite.

- Si je dois faire un compliment sur Katherine Pierce, ce serait uniquement sur le fait de t'avoir transformée en vampire. Sans quoi, tu n'aurais pu ouvrir cette école fantastique pour jeunes talents. Cependant, laisse-moi te proscrire un antidote à ta peine : cesse de faire couler ses larmes sur ton beau visage ou tu risque d'abîmer cette enveloppe délicieuse. Ou que tu sois, Stefan sera à tes côtés. Je serai à tes côtés. Je ne t'abandonnerai plus désormais... ma douce !
Codage par Libella sur Graphiorum

Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
★ Date d'inscription : 22/05/2017
★ Messages : 168
Ven 15 Sep - 16:49
Nouveaux départs
Klaus & Caroline



Je pouvais lire la peine qu'infligeait cette terrible nouvelle à Klaus. Mais, cette peine fut pratiquement réduit au silence par un sentiment de colère qui émanait de tout son être. Sa haine était palpable à tel point que j'en frissonnais, pas de peur non, mais encore une fois, je pouvais constater à quel point Stefan avait été important dans la vie de nombreuses personnes et même pour Klaus. Il se rassit rapidement à mes côtés alors que j'essayais encore de faire taire les larmes qui coulaient de mes yeux. Je pus voir tout de même que Klaus en laissa lui aussi échapper une. Il était rare de voir l'hybride versé une larme. Son insensibilité apparente était un de ses plus grands traits de caractère.

Sans que je ne m'y attendes, Klaus me prit dans ses bras. Le silence s'installait entre nous, mais il n'était pas pesant, il était de circonstance, comme si nous faisions ensemble notre deuil à ce moment. Lorsqu'il voulu reprendre la parole, je m'apercevais que les mots lui manquaient. Il n'avait pas l'habitude de contenir sa colère et avait un besoin d'exprimer la haine qui mûrissait en lui. Je le comprenais, si Katherine n'était pas morte ce jour la, j'étais certaine que je l'aurai tué de mes mains. Stefan a fait un cadeau à la Terre entière en nous débarrassant de cette personne hideuse. Je souris à ces paroles. Malgré la situation, il me faisait toujours rire. Je pense qu'il était une des seules personnes capables d'une telle chose en de pareille circonstance. Il avait raison, Stefan avait toujours été un homme bon, pour tout le monde, il avait toujours fait passé ses amis et sa famille avant tout le reste, et même avant lui même. Il était mort pour sauver son frère et je pouvais le comprendre. Je pris la main tendue de Klaus et lui sourit. Klaus avait été à la fois l'homme que j'aimais à en perdre la raison et l'homme que je détestais le plus.

" - Je pensais que ta vie était à la Nouvelle-Orléans ? Restes-tu uniquement à Mystic Falls pour les études de Hope ? "

Il était évident que nous avions toujours cette attirance l'un pour l'autre. Klaus serait à jamais une personne ayant marqué ma vie, mais j'avais tout à coup honte. Honte de ressentir une telle chose après la mort de Stefan. J'avais au fond de moi, cette impression de le trahïre. M'en voudrait-il d'envisager un avenir quelconque ? Je ne le savais pas, je n'avais jamais imaginé que Klaus, l'homme qui avait bouleversé mon existence, revienne de nouveau dans ma vie.

" - J'espère que lui et ma mère seront fière de tout ce que j'accomplie et de la femme que je suis. Nous avons tous perdu tant de monde dans ce combat. Mon seul espoir est qu'ils aient trouvés la paix et que le jour ou mon heure sera venu, je pourrais les revoir. "

Je ne pouvais détacher mon regard de celui de Klaus. Il était l'hybride originel, il ne pouvait pas être tuer. Alors étais-ce rassurant de ce dire que cette personne à qui je tiens, serait avec moi pour toujours ? Oui ça l'était, pour une fois j'avais l'impression que lui, je ne pourrais jamais le perdre. Il était immortel.

" - Parlons d'autres choses avant que je ne puisse plus m'empêcher de pleurer. Racontes moi tout, je veux tout savoir sur ce que tu as fait depuis ton départ de Mystic Falls. Tu as dû en faire trembler du monde ? "

J'avais eu quelques échos de la Nouvelle-Orléans, mais rien de bien concret. J'avais envie de savoir comment il en était venu à être ce nouvel homme que j'avais face à moi. Cet homme qui était des plus fascinants.


Voir le profil de l'utilisateur
Hybride Originel
avatar
★ Date d'inscription : 31/08/2017
★ Messages : 186
★ Age : 26
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Hier à 9:59
Nouveaux départs


Cinq ans. Ça m'a paru si long. Compte tenu de la détention, de la torture et de la solitude, j'ai su trouver quelques moments de réconforts, pour tenir. C'est grâce à eux que je suis de retour, moi Klaus Mikaelson.


Mes retrouvailles avec Caroline est certainement la plus belle des choses que j'attends depuis de nombreuses années. Ma vie à la Nouvelle-Orléans a sans doute porté ses fruits. Elle a su me préserver, me guider pas à pas sur le chemin de la rédemption, mais également appris à devenir l'homme que toute ma fratrie à longuement espérée que je sois... un homme comblé et heureux. Toutefois, me retrouver ici même, dans la ville de mon vieil ami disparu, me fais chaud au coeur.  Après cette terrible annonce, il est en mon devoir de veiller sur Caroline, c'est un fait. A première vue, aucun de ses amis n'était de taille pour soulager la douleur de la belle blonde. Mais par son geste de la main, je comprends alors que ma présence ne lui déplait guère. Et comme j'ai pu m'y attendre depuis notre premier échange, elle me pose La question à laquelle, j'espère, elle a la réponse : combien de temps vais-je rester à Mystic Falls ?

- Lorsque j'étais retenu captif par mon plus vieil ami, commençais-je, j'étais en proie de douleurs insurmontables. Mes seules pensées étaient pour Hope. Comment était-elle ? Connaissait-elle son père ? Pourrais-je la revoir un jour ? M'aimerait-elle quand je reviendrai ? Toutes ses questions te font énormément réfléchir, tu sais ? Cinq ans sans Hope a été très difficile pour moi. Alors, m'occuper d'elle comme il se doit était nécessaire dans ma vie. Lui offrir l'opportunité d'étudier dans une école, loin de tout danger dont ma fratrie est confrontée depuis plusieurs siècles, a été pour moi l'occasion de la faire partir de notre ville. Alors, oui, je reste pour Hope. Je veux tout ce qu'il y a plus beau pour elle. Je veux qu'elle vive sa vie d'enfant, loin de la Nouvelle-Orléans. Et si tu le veux bien, je veux également rester pour toi.

Je m'arrête quelques instants, puis reprends, évitant tout sujet qui pourrait l'attristée :

- Concernant la Nouvelle-Orléans, ça fait déjà bien longtemps que notre famille n'est plus accueillie. Nous avons en quelque sorte été banni. Et pour te donner une réponse à propos de ton désir de vouloir connaître ma vie à la Nouvelle-Orléans, il s'est passé tellement de choses qu'il nous faudrait toute une journée et peut-être même, toute la nuit pour tout te raconter, même les détails les plus croustillants qu'ils soient, dis-je sur un ton amusé.

Mon regard se pose sur les yeux de Caroline. Je constate que les larmes ont cessées de couler sur son beau visage. A la place, un sourire leur succédait.

- Et toi ? Parle-moi un peu de toi, de ta vie, depuis le départ du grand méchant Klaus. J'aimerais surtout porté le sujet sur Notre dernière rencontre !
Codage par Libella sur Graphiorum

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Nouveaux départs [Caroline Forbes]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Caroline Forbes # La seule et l'unique
» Caroline Forbes
» Caroline Forbes - Vampire (libre)
» Clothes and shoes, the perfect world ~ Feat Rebekab Mikealson et Caroline Forbes
» Quand l'amour est plus fort que tout - Caroline Forbes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Light Into Darkness :: Role Playing Game :: Mystic Falls :: L'Ecole Salvatore-
Sauter vers: